Fonds Léon fredericq : De la recherche À la vie

ILS NOUS SOUTIENNENT - LA PROVINCE DE LIEGE


Précieux soutien du Fonds Léon Fredericq depuis de très nombreuses années, la Province de Liège envisage la « Santé » dans trois dimensions indissociables : physique, sociale et mentale.

Le département des Affaires sociales réagit au (cyber)harcèlement en informant enfants, adolescents, enseignants et parents. Il lutte avec l’aide du secteur associatif, médical et judiciaire contre toutes les formes d’injustice et de violence. Il va à la rencontre des jeunes là où ils font la noce pour les informer des risques liés aux maladies sexuellement transmissibles, à la surdité, à l’alcool, aux drogues...

Le département de la Santé mise pour sa part sur la prévention. La prévention pour éviter les risques cardiorespiratoires, la prévention pour s’épargner ou amoindrir les maladies chroniques, la prévention pour vieillir en bonne santé. Il fait évoluer tous ses services de médecine préventive afin de les mettre en adéquation avec les objectifs politiques « Santé » émis par les différents niveaux de pouvoirs : l’Organisation Mondiale de la Santé, le ministère fédéral de la Santé, le ministère régional de la Santé et le ministère de la Santé de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

En 2017, la Province de Liège, et plus précisément le département Santé, a décidé de renforcer son soutien au Fonds Léon Fredericq en s'engageant activement à ses côtés par le biais de l'octroi de trois bourses spécifiques destinées à soutenir des recherches portant sur l'obésité.

Préoccupations, certitudes, espoirs, Katty FIRQUET, Députée provinciale et Vice-Présidente, se prête au jeu de l'interview express.

Vos préoccupations

La prévention est incontestablement la meilleure solution au défi que pose une population vieillissante – dont l’espérance de vie augmente – et qui est  exposée aux maladies chroniques. Par maladies chroniques, on entend « des maladies de longue durée, accompagnées en général d’une lente progression ». Elles recouvrent les maladies cardiovasculaires, le diabète, le cancer, les maladies pulmonaires, le sida, les affections neurodégénératives et diverses maladies mentales... En Belgique, 1 personne sur 4 est touchée. La Province de Liège a fait de cet enjeu une priorité politique et consacre chaque année un budget important à la santé.

Vos certitudes

Ces maladies étant caractérisées par une multimorbidité (plusieurs affections conjointes), une approche centrée sur la maladie ne suffit pas. La multimorbidité et l’apparition de maladies chroniques augmentent avec l’âge mais sont également influencées par les modes de vie défavorables (tabagisme, sédentarité, alimentation trop riche en sucre et en graisse, consommation d’alcool…). Les besoins du patient ne se limitent pas aux médicaments : ils sont aussi psychologiques (besoin d’information, soutien émotionnel), sociaux (aide dans la vie journalière, intégration dans la société). Généralement, le patient est à même de gérer son affection chronique, s’il est bien informé. Mais les besoins évoluent avec le temps, les facteurs de morbidité peuvent s’aggraver, se multiplier… nécessitant l’aide de différents acteurs de la santé. Ces constats aboutissent à une réflexion qui préconise de placer le patient au cœur d’un système coordonné de soins, auquel participent tous les acteurs de la santé.

Vos espoirs

La réforme des soins de santé est inévitable. Une meilleure répartition des moyens humains et financiers pour assurer une médecine de qualité et accessible à tous est souhaitable. La Province espère que chaque partenaire « santé » impliqué dans ce nouveau processus prenne conscience de l’importance de son rôle et de la nécessité qu’il y a à collaborer entre hôpitaux, institutions de soins publiques et privées, médecins, infirmiers, psychologues…  Un changement des mentalités est nécessaire pour apporter au patient les soins et les informations dont il a besoin pour assurer sa santé et pour garantir la pérennité de notre sécurité sociale.